Not a member?     Existing members login below:
Holidays Offer
 

? LOUIS-AUGUSTE CÉZANNE? Père du peintre Paul
Cézanne? (Photographie)
I? ? LE MILIEU
Fin de Juillet 1914. Marseille. Dans toute la Cannebière, un
brouhaha de cris. Le soleil embrase le vieux Port;—les bateaux,
alourdis, p?sent de toute leur car?ne. L’eau est pourrie et pue. Les
cafés regorgent. On attise la flamme patriotique à grandes rasades
de vermouth et de bitter. Les tramways secouent leur ferraille. Une
foule. C’est certain, le Midi, cette fois, bouge! Aura-t-on la guerre?
Ne l’aura-t-on pas?
On s’arrache les journaux. Ils bêtifient, ne savent rien. Passent déjà
des gens qui hurlent: à Berlin! à Berlin! Il y a une course de
taureaux fix?e au 2 ao?t. Elle se fera; et, tout de suite apr?s, s’il le
faut, on partira pour la frontière. La flamme patriotique fl ambe
maintenant. On acclame des soldats qui, l’air morne, descendent la
rue de Noailles.
Marseille! c’est ? dire des Turcs, des G?nois, des Grecs, des
Italiens, des Levantins, des tenanciers de bars et de water-closets;
une fleur de la France!
Je suis pris là par les tragiques négociations. Et je vois bien que les
Prussiens, s’ils bougent, trouveront ici de farouches adversaires;
car déjà des cortèges se forment, tapagent, musique en tête et
drapeaux déployés.
Deux Ao?t! La corrida n’aura pas lieu! C’est la guerre! Les Italiens
ont pris les devants; et, lampions au bout des perches, ils défilent.
M?les accents et chants altern?s. On a l’impression que tout le
Midi se l?ve, va parcourir d’une traite les interminables kilom?tres
qui le séparent de la frontière agressive.
Je suis ici, venu pour me documenter sur Cézanne, à Aix. Je
rencontre bientôt des Parisiens notoires que la retraite de Charleroi
Remove